Un jour,Une histoire du 15 Janvier

Publié le 15 janvier 2015

Louis Guilloux, né à Saint-Brieuc en Bretagne le 15 janvier 1899  est un écrivain français.

Son père était cordonnier et militant socialiste, comme Guilloux le raconte dans La Maison du peuple. Malgré quelques séjours à Paris et Angers, il reste attaché à sa ville natale toute sa vie, dans laquelle il situe l’action de plusieurs de ses romans.

Il se lie d’amitié avec un professeur de philosophie, dont il s’inspire pour composer le personnage de Cripure, pathétique héros du Sang Noir. Il découvre Romain Rolland, alors très lu par les jeunes, et Jules Valles dont il partagera la révolte. Durant la Première Guerre mondiale, en 1916, il est surveillant d’internat.
Il rencontre en 1917 le philosophe Jean Grenier, futur professeur d’Albert Camus.

C’est En 1920, qu’il découvre  sa vocation d’écrivain.

Comme son père, il est, lui aussi, engagé.  Il signe la pétition parue en 1927 dans la revue Europe contre la loi sur l’organisation générale de la nation pour le temps de guerre qui abroge toute liberté d’opinion. Il participe au 1er congrès mondial des écrivains antifascistes, puis devient responsable pour les Côtes-du-Nord du Secours rouge, ancêtre du Secours populaire, qui vient en aide aux chômeurs et aux premiers réfugiés espagnols.

Durant la Seconde Guerre mondiale, sa maison de Saint-Brieuc est un lieu de rencontre de résistants, les miliciens viennent arrêter une résistante qu’il héberge. En 1942, il écrit Le Pain des rêves, qui reçoit le Prix du roman populiste. À la Libération il est interprète pour les tribunaux militaires américains. 1945 marque la naissance de son amitié avec Albert Camus.