Un jour, Une histoire du 25 Novembre

Publié le 25 novembre 2014

Antoine François Prévost, dit d’Exiles, plus connu sous son titre d’abbé Prévost. C’est un romancier, historien, journaliste, traducteur et homme d’Église français, né à Hesdin (dans le Pas-de-Calais) et mort le 25 novembre 1763 à Courteuil.

 

Prévost fait des études chez les jésuites à Rouen, avant de s’engager dans l’armée fin 1711. Après avoir commencé un noviciat chez les jésuites, il s’enfuit en Hollande.

En 1721, il entre chez les bénédictins de l’abbaye de Saint-Wandrille, avant de prononcer ses vœux à l’abbaye de Jumièges et de passer sept ans dans diverses maisons de l’ordre, en Normandie. Mais il quitte son monastère sans autorisation, et s’enfuit à Londres où il acquiert une large connaissance de l’histoire et de la langue anglaise, comme le montrent  ses écrits.

Vers la fin de sa vie, une légende raconte que l’abbé aurait subi une crise d’apoplexie au retour d’une visite aux bénédictins de Saint-Nicolas-d’Acy, sur l’actuelle commune de Courteuil, qu’il aurait été transporté au presbytère à la suite de son accident, que le bailli de l’abbaye aurait fait appel au chirurgien de l’abbaye pour ouvrir le corps afin qu’il puisse procéder à l’autopsie, et que Prévost n’était pas encore mort mais serait décédé pendant l’opération  .

En vérité,  L’abbé Prévost est mort d’une rupture d’anévrisme. Il a bien été autopsié mais était déjà mort.