Un jour, Une histoire du 20 Mai

Publié le 20 mai 2015

Hector-Henri Malot dit Hector Malot, né le 20 mai 1830 à La Bouille, non loin de Rouen, est un romancier français.

Hector est le benjamin d’une famille que l’on dirait aujourd’hui « recomposée ».

Alors que le père avait un caractère rigide et sévère, la mère, était plus conciliante, et berçait l’enfant de récits de voyages. A l’âge adulte, il s’opposa à la volonté paternelle, préférant la voie des lettres aux études de droit, elle le soutint dans son choix.

Le jeune Hector fit ses études au lycée Corneille de Rouen où Gustave Flaubert l’avait précédé dix ans plus tôt. Ses études ne furent pas brillantes. Ses préférences allaient à l’histoire dont l’enseignant était un original, à l’esprit libre.

En 1853, il s’installa à Paris, et tenta de faire représenter une première pièce, en vain. Pour assurer sa subsistance, il écrivit quelques articles. Il se retira chez ses parents pour écrire sa première trilogie Les Victimes d’amour dont le premier volume parut en 1859.

Malot est journaliste à L’Opinion Nationale et son premier livre, Les Amants, paraît en 1859 et connaît un grand succès.

C’était un homme droit, fidèle en amitié, prompt à défendre la cause des opprimés. Il fut surnommé « Malot-la-Probité » par la journaliste Séverine. Il fut l’ami de Jules Vallès qu’il soutint dans son exil londonien, lui apportant aide financière et réconfort moral. C’est grâce à lui que le manuscrit Jacques Vingtras, qui devint L’Enfant, fut publié.

Il milita, par le biais de l’écriture romanesque, pour une révision de la loi sur l’internement en hôpital psychiatrique, pour le rétablissement du divorce — supprimé le 8 mai 1816 — pour une reconnaissance des droits de l’enfant naturel, pour une amélioration des conditions de travail, en particulier celles des enfants.