Un jour, Une histoire du 19 Mai

Publié le 19 mai 2015

Yves Hélory de Kermartin, est un prêtre et official du diocèse de Tréguier originaire de Bretagne. Il consacra sa vie à la justice et aux pauvres. Il fut canonisé le 19 mai 1347  à sa mort.

Saint Yves est le saint patron de toutes les professions de justice et de droit, notamment celle d’avocat. Il est également saint patron de la Bretagne et fait l’objet d’un grand pardon dans la ville de Tréguier, près de laquelle il est né et où il a vécu.

Après avoir fait ses études à Paris, il revient sur sa terre natal. Alors que ses prédécesseurs prêchaient en latin, Yves étonne ses paroissiens en le faisant en breton, rendant ainsi accessible au peuple la compréhension de l’Évangile et de son message. Les gens l’apprécient pour sa façon de rendre la justice, il est réputé pour son sens de l’équité qui lui interdit de privilégier le riche sur le pauvre.

Il est  également connu pour ses méthodes pour le moins surprenante de faire justice.

A Rennes, il doit  traiter une affaire opposant un aubergiste à un mendiant. Ce dernier est accusé par le premier d’avoir été pris à rôder autour des cuisines ; comme l’aubergiste ne peut l’accuser d’avoir volé de la nourriture, il l’accuse de se nourrir des odeurs de sa cuisine. Yves Hélory prend quelques pièces dans sa bourse et les jette sur la table devant lui ; l’aubergiste tend la main pour les prendre mais saint Yves retient sa main. L’aubergiste s’exclame : « c’est à moi » Yves lui répond « ah non ! le son paye l’odeur, à cet homme l’odeur de ta cuisine, à toi le son de ces pièces ! ».

Il  sera reconnu par les démunis comme l’avocat qui fait justice aux pauvres et ne tient pas compte de la condition sociale.