Un jour, Une histoire du 19 février

Publié le 19 février 2015

Louis François Marie Aubert : né à Paramé (Saint-Malo) le 19 février 1877  est un compositeur et pianiste français.

 

Ses parents, armateurs, trouvaient qu’il avait un talent pour la musique et que sa voix de soprano méritait d’être entendue. Résultats il part  étudier à Paris. C’est d’abord par  sa voix qu’il s’est fait connaître. Il fut choisi pour chanter le Pie Jesu du Requiem de Fauré lors de la création de la messe à l’église de la Madeleine. L’adolescent retrouve Fauré au Conservatoire, dont il fréquente la classe de composition.

Aubert, en plus de sa voix remarquable,  était un excellent pianiste et Ravel, en personne,  le choisit pour créer ses Valses nobles et sentimentales. Louis Aubert a beaucoup écrit pour la voix. Son premier ouvrage important est un conte féerique, La Forêt bleue, qui met en scène les personnages des contes de Charles Perrault. L’ouvrage composé en 1904 fut créé avec succès à Boston en 1911 et ne fut monté en France qu’en 1924 à l’Opéra-Comique. Ce Breton qui adopte le Pays basque a très peu été inspiré par la Bretagne. Aubert s’est aussi essayé à la chanson populaire ; il écrivit notamment des chansons pour Marie Dubas, chanteuse de music-hall. Il fut aussi un collaborateur avisé de ChanteclercParis-soirLe journalOpéra. Toutefois, depuis qu’il est mort, il a été quasiment oublié à Paris en 1968.