Un jour, Une histoire du 18 Mai

Publié le 18 mai 2015

La « bataille de Festubert » désigne une série d’actions, engagées par des troupes britanniques, indiennes et canadiennes, dans le Nord Pas de Calais en 1915. La préparation d’artillerie dure trois jours ; 433 canons, de divers calibres, tirent 100 000 obus sur un front de 5 km. Mais les bombardements sont quasi-inefficace car de nombreux obus sont défectueux et, surtout, il ne parvient pas à disloquer le front allemand. A plusieurs reprises, lors de l’offensive, la confusion qui règne sur le champs de bataille aboutit à la mort de nombreux soldats à cause de leur propre artillerie, dans les deux camps.

Un premier assaut avait été lancée le 15 mai par des soldats indiens, contraignant l’ennemi à se replier sur la seconde ligne. Un nouvel assaut, confié cette fois à des unités canadiennes, est déclenché le 18 mai, sous une pluie torrentielle : il échoue en raison de l’arrivée de renforts allemands. Une troisième série d’attaques, aboutit à la prise des ruines du village de Festubert. Au total, en douze jours d’efforts, l’armée britannique n’a progressé que d’un kilomètre. Lorsque l’offensive est définitivement arrêtée, les Britanniques ont enregistré 16 000 pertes, sans avoir pu aider, de façon significative, l’offensive française sur Vimy dans le Nord Pas de Calais.

 

Si beaucoup de soldats ont été victimes de l’artillerie et des mitrailleuses, certains sont morts noyés dans les tranchées et les fossés de drainage inondés.