Un jour, Une histoire du 13 Mai

Publié le 13 mai 2015

Richard Simon, né le 13 mai 1638 à Dieppe en Haute Normandie, est un exégète, une pratique qui consiste à étudier et critiquer des texte, très souvent religieux. Il est considéré comme le véritable initiateur de la critique biblique en français.

Richard Simon reçut sa première éducation au collège des Oratoriens de Dieppe. La générosité d’un ami lui permit d’étudier la théologie àParis, où il s’intéressa à l’hébreu et à d’autres langues orientales. Il a notemment écrit une brochure pour défendre des juifs de Metz menacés d’expulsion à la suite de l’affaire dans laquelle un commerçant juif, Raphaël Lévy, avait été condamné à mort après avoir été injustement accusé d’avoir assassiné un enfant chrétien.

Peu de temps auparavant, il avait commencé à s’attirer l’hostilité de Port-Royal. Antoine Arnauld avait rédigé un ouvrage sur la Perpétuité de la foi de l’Église catholique touchant l’eucharistie. Les critiques de Simon suscitèrent une indignation durable parmi les amis et les admirateurs d’Arnauld. Il s’attira aussi l’hostilité des bénédictins quand, pour aider un ami en procès contre les bénédictins de Fécamp, il composa un mémorandum. L’accusation de jésuitisme fut aussi portée contre lui, du fait que le frère de son ami était un membre de cet ordre.

Il agitait tellement les milieux ecclésiastiques que  l’on envisagea sérieusement d’éloigner Simon non seulement de Paris mais même de France. On lui proposa une mission à Rome, mais il devina l’intention et refusa. Il était alors très occupé à superviser l’impression de son Histoire critique du Vieux Testament, un ouvrage qui sera finalement séparée en trois tomes pour éviter la censure de la Sorbonne et l’autorité de Port Royal.