Un jour, Une histoire du 12 Mars

Publié le 12 mars 2015

Charles Delestraint , né le 12 mars 1879 à Biache-Saint-Vaast dans le Pas-de-Calais

C’était un général français, héros de la Résistance, premier chef de l’Armée secrète.

 

Après des études secondaires, à Lille, Charles Delestraint, fils de comptable, entre à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1897, promotion de Bourbaki . Nommé sous-lieutenant des chasseurs à pied, il enchaîne avec  l’École de Guerre en mars 1914. Il est fait prisonnier le 30 août 1914 lors de l’attaque de Chesnois-Auboncourt et ne sera libéré qu’en novembre 1918.

Régulièrement promu jusqu’au grade de colonel, il commande la 3e brigade de chars au Quartier Lizé à Metz .

Le général Delestraint, placé dans le cadre de réserve depuis mars 1939 pour cause de limite d’âge, est rappelé dans le cadre d’active lors de la mobilisation générale de septembre 1939. Il commande les chars de combat de la VIIe Armée puis, le Groupement Cuirassé, avec lequel il couvre le repli de deux armées

Tout au long de la retraite, le général Delestraint refuse la défaite et l’armistice et entre dès juillet 1940 en résistance en manifestant ses convictions. Il fait ses adieux à ses soldats au camp de Caylus, en Tarn-et-Garonne et se replie à Bourg-en-Bresse ou il est mis au cadre de réserve. Le Général de Gaulle le choisit pour organiser et commander l’Armée secrète qui doit regrouper différents mouvements de la Résistance en zone Sud : CombatLibération-Sud et Franc-Tireur.

Le général est arrêté par un agent de Dijon au  douze jours avant l’arrestation de Jean Moulin, alors qu’il a rendez-vous. Après plus de 50 heures d’interrogatoire ininterrompu, le général Delestraint est placé en détention à la maison d’arrêt de Fresnes en juillet 1943 puis déporté, au camp de concentration  en Alsace.

il aurait été abattu, sur ordre, d’une balle dans la nuque quelques jours avant l’arrivée des Alliés.