Un jour, Une histoire du 11 Mars

Publié le 11 mars 2015

Urbain Jean Joseph Le Verrier, né à Saint-Lô en Basse Normandie le 11 mars 1811.

C’était un astronome et mathématicien français spécialisé en mécanique céleste, découvreur de la planète Neptune et fondateur de la météorologie moderne française.

 

Il est né dans une famille bourgeoise modeste. Après huit ans d’études au collège communal de sa ville natale. Son père qui croit en son avenir dans les sciences l’inscrit à l’Institution Mayer dirigée par le mathématicien Choquet et vend sa maison pour subvenir aux frais de cette école préparatoire. Il poursuit ses études et est admis à l’École polytechnique dont il sort deux ans après comme ingénieur dans l’administration des tabacs. Il en démissionne pour se consacrer à une carrière scientifique. Il travaille d’abord au laboratoire de chimie de Gay-Lussac .

Urbain Le Verrier devient célèbre lorsqu’il découvre Neptune.

 

Devant l’Académie des Sciences, Arago, autre scientifique prononcera à son sujet  la célèbre phrase : « M. Le Verrier vit le nouvel astre au bout de sa plume ». La Royal Society lui décerne la médaille Copley la même année avec pour éloge « …un des plus grands triomphes de l’analyse moderne appliqué à la théorie de la gravitation… ».

 

Plus tard, Le Verrier tenta d’expliquer les perturbations de Mercure. Après plusieurs observations par d’autres astronomes de taches rondes passant devant le Soleil , Le Verrier en déduit la présence d’une autre planète, Vulcain, dont il prédit le passage devant le Soleil en 1877. Ces prédictions se révéleront inexactes, et ces anomalies seront expliquées un demi-siècle plus tard par Albert Einstein avec la théorie de la relativité générale.