Un jour, Une histoire du 10 Mars

Publié le 10 mars 2015

La catastrophe de Courrières

Il s’agit de la plus importante catastrophe minière d’Europe. Elle a lieu entre Courrières et Lens, le samedi 10 mars 1906 et a fait officiellement 1 099 morts. Elle tire son nom de la Compagnie des mines de Courrières qui exploite alors le gisement de charbon du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais.

La Compagnie fournit alors 7 % de la production nationale de charbon. Un coup de grisou suivi d’un coup de poussier dévaste 110 kilomètres de galeries à Sallaumines. Le choc a été si fort que les cages ne peuvent plus circuler dans le puits et que des débris et des chevaux ont été projetés à une hauteur de dix mètres.

Trois jours après l’explosion, les recherches pour retrouver les survivants sont abandonnées et une partie de la mine est condamnée, pour étouffer l’incendie et préserver le gisement. Cette gestion de la crise par la compagnie minière a été particulièrement mal vécue par les mineurs et par leurs familles. Vingt jours après l’explosion, treize rescapés réussissent à retrouver le puits par leurs propres moyens après avoir erré dans le noir total sur des kilomètres, un quatorzième fut retrouvé quatre jours plus tard.

La catastrophe provoque une crise politique et un mouvement social qui débouchent sur l’instauration du repos hebdomadaire.

Le coup de poussier a probablement été déclenché par un coup de grisou dû à l’utilisation de lampes à feu nu.