Un jour, Une histoire du 10 Avril

Publié le 10 avril 2015

Paul (Louis-Toussaint) Héroult, né le 10 avril 1863 à Thury-Harcourt (en basse Normandie).

C’était un physicien français. Il est l’inventeur de l’électrolyse de l’aluminium et du four à arc électrique pour l’acier.

Pourtant rien ne laisser présager sa réussite, ni dans sa scolarité ni dans la science. Certains disaient qu’il« n’avait rien des attributs d’un écolier classique. Il était sensible, turbulent, quelquefois difficile et insolent ; il ne correspondait pas à l’image des hommes de science sages et disciplinés. Il aimait les jeux, la compagnie des femmes, les voyages sur terre et en mer ; il avait un esprit libre et impulsif. Aucune comparaison avec le scientifique austère s’obstinant sur des mystères. Ses découvertes n’étaient pas le résultat de longues nuits sans sommeil passées dans un laboratoire ou de démonstrations scientifiques compliquées. Héroult aimait la vie et n’aurait jamais supporté de telles restrictions. Au contraire, ses inventions apparaissaient soudainement, d’un éclair de génie, souvent pendant une partie mouvementée de billard, son passe-temps favori ».

Paul Héroult lut le traité d’Henri Sainte-Claire Deville sur l’aluminium à l’âge de 15 ans. À cette époque, l’aluminium était aussi cher que l’argent. Il était utilisé, par exemple, pour des objets de luxe, des bijoux, etc. Héroult voulait le rendre moins cher. Ce qu’il réussit à faire en découvrant le procédé de l’électrolyse de l’aluminium en 1886.


À l’âge de sept ans, pour éviter la guerre de 1870, ses parents l’envoyèrent chez une parente en Angleterre. Il y apprit l’anglais, qui lui sera extrêmement utile dans sa vie professionnelle. À son retour, il est placé au pensionnat à Caen. Le responsable de l’établissement avait une conception « à la dure » de l’éducation des élèves. Il en garde un dégoût de l’enseignement classique.