LA ROUTE DU RHUM DU 4 NOVEMBRE

Publié le 5 novembre 2014

Loïck Peyron et François Gabart dominent toujours les Ultimes et les Imoca après la troisième nuit de course sur la Route du Rhum. En Class40, de Pavant prend la tête.

Pour la troisième nuit de course sur la Route du Rhum, les conditions de navigation ont un peu évolué pour les plus rapides, les multicoques de la classe Ultime. La flotte se trouve déjà au large des côtes de l’Afrique, les leaders étant passé à l’ouest de Madère.

Devant tout le monde, pas de changement. Loïck Peyron garde un rythme infernal (448 milles en 24 heures, à un rythme de 18,7 nœuds). Derrière Banque Populaire VII, personne n’arrive à combler le retard, qui se creuse de quelques milles à chaque pointage. À 6 h ce mercredi 5 novembre, Yann Guichard (Spindrift 2) est toujours deuxième, mais avec désormais 83 milles de retard sur le leader.

Imoca

La route choisie par les Imoca est radicalement différente de celle des Ultimes. Pour eux, pas de descente le long des côtes africaines, mais un cap plein ouest pour échapper à l’anticyclone des Açores et à ses vents faibles. Devant, pas de changement. François Gabart (Macif) maîtrise Jérémie Beyou (Maitre Coq) et Marc Guillemot (Safran), avec des écarts qui évoluent peu.

Class40

Thibaut Vauchel-Camus (Solidaires en peloton) a perdu sa place de leader au cours de la nuit. Il semble avoir choisi une autre option que le nouveau leader, Kito de Pavant (Otio Bastide Medical), plus proche de la route directe. Vauchel-Camus, lui, met beaucoup de sud dans sa route, et entraîne dans son sillage quelques grosses pointures de la flotte : Alex Pella (Tales 2 Santander), Stéphane Le Diraison (Ixblue BRS), Sébastien Rogues (GDF Suez).

Multi50

Alors qu’Yves Le Blévec (Actual) rejoint les côtes du Portugal pour une escale technique, Lalou Roucayrol (Arkema Région Aquitaine) conserve la tête du classement, à la faveur d’une trajectoire plus proche de la route directe. Erwan Le Roux (FenetréA Cardinal) est deuxième.

Classe Rhum

Entre Andrea Mura (Vento di Sardegna), le plus au nord de toute la flotte et qui devrait être cueilli par du vent frais et fort d’ici à jeudi midi, et Anne Caseneuve (Aneo) au large du Cap Finisterre, l’écart en latitude est conséquent. Au classement, 70 milles les séparent, avec avantage à l’Italien.