La revue de presse du vendredi 13 juin

Publié le 13 juin 2014

On commence la revue de presse avec un article du journal Paris Normandie. L’électricité éolienne et solaire bientôt moins chère que le nucléaire, selon Greenpeace. Selon l’analyse de Greenpeace, qui a condensé des études et données déjà produites par différents organismes, « le coût courant économique du nucléaire dépasserait, les coûts futurs de production des principales énergies renouvelables électriques ». La loi sur la transition énergétique, dont la première mouture doit être présentée la semaine prochaine en conseil des ministres, doit préciser comment le gouvernement compte parvenir à faire baisser à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité d’ici 2025, l’un des engagements de campagne du président de la République.
On poursuit avec des informations du journal Ouest France. Un projet de coopération entre les Pays de Guingamp et du Trégor-Goëlo a été lancé hier. Objectif : générer des innovations dans l’exploitation des algues. Aligator. C’est le nom du projet Algues innovation Guingamp Trégor. Ce programme a pour objectif d’apporter aux entreprises du territoire des informations très pointues sur les algues, de façon à générer des pistes d’innovation dans les filières de l’agro-alimentaire, du cosmétique, de la nutrition ou de la santé.
Et on termine avec la news insolite du site Metronews. Comment changer l’identité d’une cellule pour en remplacer une rendue défaillante par la maladie ? C’est ce processus que la jeune chercheuse Marie-Charlotte Morin, de l’université de Strasbourg, étudie. « Traiter Parkinson, Alzheimer et faire remarcher des gens ». Pour ce faire, elle a étudié le cas d’une cellule de rectum de ver de terre qui « fatiguée de sa condition de cellule rectale » va se transformer en neurone. « L’ascension sociale rêvée pour une cellule ». Mais à quoi sert de créer des neurones ? A traiter des maladies tels que Parkinson et Alzheimer, récréer des moelles épinières lésées et refaire marcher des gens. Cette présentation de thèse en 180 secondes est un concours lancé par le CNRS, qui a pour but d’intéresser le grand public à des thèmes de recherches pointus. Pari réussi !