La revue de presse du mardi 6 mai

Publié le 6 mai 2014

On commence cette revue de presse avec un article du journal Ouest-France, et un peu de sport pour débuter ! Le retour à l’entrainement n’a pas été de tout repos pour le stade Rennais. Après le match Guigamp/Rennes ce week-end, la défaite est difficile à digérer. Défaits en cette finale de la coupe de France, les Rouge et noir comme on les appelle, ont subi la foudre des supporters. 5min après le début de leur échauffement, les joueurs ont été pris à partie. Une altercation verbale a même éclatée entre Jean-Armel Kana-Biyik et certains supporters. Il a fallu la présence d’une dizaine d’agents de sécurité pour que les deux joueurs se frayent un chemin avec leur véhicule en repartant.

Et on continue toujours avec Ouest France pour une actu nationale. En effet, le parlement a interdit définitivement hier, la culture du mais transgénique en France, après un vote du Sénat. L’objectif de ce texte du député PS Bruno Le Roux, est de, je cite, « conforter, à travers un geste politique fort » la décision de la France d’interdire le MON810, une mesure prise en mars dernier.

Avec Le Figaro, désormais. A seulement un mois des festivités du 70ème anniversaire du Débarquement, le casting des figurants est incomplet. Les organisateurs des commémorations du D-Day peine à trouver le nombre de bénévoles nécessaires au grand spectacle officiel qui sera donné le 6 juin sur la plage de Sword Beach à Ouistreham. Cette fresque historique, à laquelle assisteront 17 chefs d’Etats, de nombreux vétérans et un parterre d’invités de quelque 4000 personnes, sera retransmise à la télévision dans des dizaines de pays. Elle retracera durant 45min l’histoire du Débarquement avec différents tableaux évoquant tour à tour les opérations militaires et la vie des populations civiles en 1944.

Et on termine avec l’actu insolite du jour, et avec le journal Ouest France. Alors qu’il tenté de traverser la Manche à bord d’un radeau avec un drap en guise de voile, un migrant afghan a été secouru hier les sauveteurs en mer. L’homme avait construit un petit radeau en assemblant quelques planches de bois, entre lesquelles il avait attaché un flotteur enveloppé dans une bâche. Un pied de table servait de support à un mât d’où pendait un drap faisant office de voile. Alors qu’il commençait à être en hypothermie, il a été ramené au port de Calais puis remis au frontières. Selon la préfecture du Pas de Calais, il y a en permanence à Calais 400 migrants clandestins qui tentent de passer en Angleterre.