La revue de presse du lundi 28 avril

Publié le 28 avril 2014

On commence la revue de presse avec  un article du journal Ouest France. Les recherches restent vaines pour retrouver le corps du père qui s’est jeté à la mer pour sauver sa fille vendredi à la Torche. La jeune fille est dans un état désespéré. Les patrouilles de gendarmerie continuent de ratisser la baie d’Audierne pour tenter de retrouver le corps de l’homme de 41 ans. Ce vacancier du Nord se promenait avec son épouse et ses trois filles sur l’éperon rocheux de la Torche. Sa fille de 15 ans est tombée à la mer et son père s’est aussitôt porté à son secours. Malgré un important dispositif de secours, le corps du père n’a pas été retrouvé. La jeune fille avait été récupérée et transportée dans un état critique à l’hôpital de Quimper. Les médecins ne nourrissent plus d’espoir quant à son rétablissement.

On poursuit avec des informations du journal Paris Normandie. Le Soprano, un voilier de 11 m, qui naviguait samedi au large du Havre a perdu son mât. Les secours se sont rapprochés du voiler et sont restés près de lui afin de parer toute éventualité et notamment d’être en situation de récupérer les plaisanciers en cas d’aggravation de la situation. Les huit plaisanciers présents à bord ont pu regagner le port après l’intervention des secours.

On termine par la news insolite du site Yahoo. Belle et touchante à la fois, cette histoire qu’Adam Walker a vécue durant sa course de 8 heures en mer cette semaine est à peine croyable. Alors qu’il nageait depuis déjà de longues heures dans l’océan Pacifique, le britannique a tout à coup repéré un requin de six mètres qui rôdait non loin de lui.  Fort heureusement pour lui, il n’a pas eu à attendre pour trouver une solution. Celle-ci lui est venue tout naturellement de la part d’un groupe d’une dizaine de dauphins venus encercler le nageur pour l’escorter durant sa course. Durant un long moment, les cétacés ont ainsi fait bloc autour d’Adam, décourageant par la même le requin de venir attaquer le nageur anglais. Craignant de se mesurer à ce groupe de mammifères marins capables en cas d’attaque de lui perforer l’abdomen du bout du museau, le requin a pour sa part préféré rebrousser chemin en laissant le nageur finir sa course sans problème.