La revue de presse du jeudi 26 juin

Publié le 26 juin 2014

On commence cette revue de presse avec un article du journal Paris Normandie. La Commission européenne a infligé 32 millions d’euros d’amende à deux groupes agroalimentaires dans le secteur des conserves de champignons pour une entente sur les prix pendant plus d’un an. Gardienne de la concurrence en Europe, la Commission a constaté que « les entreprises Lutèce, Prochamp et Bonduelle ont participé à une entente visant à coordonner les prix des champignons en conserve en Europe et à s’en partager la clientèle ». Elle leur a infligé au total pour 32 millions d’euros d’amende, Bonduelle étant le plus sévèrement sanctionné. Le néerlandais Prochanp a été condamné à une pénalité de 2 millions d’euros. Son compatriote Lutèce a échappé à l’amende pour avoir révélé l’existence de l’entente. Le groupe français Bonduelle aura à s’acquitter au total de 32 millions, en comptant « les frais de conseil et de procédure ». C’est une somme énorme pour lui, qui représente plus de la moitié de son bénéfice annuel de son exercice précédent.

On poursuit avec un article du journal Ouest France. Au terme de dix ans de travail, le « .bzh » est désormais présent sur la toile. La Bretagne devient la première Région française à disposer de sa propre extension internet.  La première phase de la commercialisation des noms de domaines en « .bzh »  sera lancée en septembre et sera réservée aux détenteurs de marques. Puis un deuxième temps, en novembre, sera dédié aux collectivités, associations et autres acteurs économiques régionaux. En décembre, le « .bzh » sera accessible à tous, y compris aux particuliers qui pourront acheter leur nom de domaine auprès des bureaux d’enregistrement agréés pour y héberger leur site web personnel, leur blog, ou l’utiliser tout simplement pour leur adresse e-mail.

Et on termine avec la news insolite du jour du site metronews. Elle est surnommée la « sirène des océans ». Et pour cause, dans cette vidéo, Hannah Fraser, une austalienne de 33 ans, réalise une chorégraphie en apnée à sept mètres de profondeur et sans protection au beau milieu des requins-tigres. Elle souhaite prendre position contre la décision du gouvernement australien d’abattre les requins de la côte Ouest où se sont produites plusieurs attaques.