La revue de presse du jeudi 19 juin

Publié le 19 juin 2014

On commence la revue de presse avec un article du journal Ouest France. Une dizaine de skippers, soupçonnés d’avoir convoyé vers l’Angleterre jusqu’à 200 clandestins albanais en voilier, étaient en garde à vue depuis leur arrestation mardi. Les navires partaient de Paimpol, ainsi que de Saint-Quay-Portrieux, Saint-Cast-le-Guildo ou Cherbourg. Chaque clandestin payait entre 7 000 et 10 000 € à l’organisation. Chaque skipper touchait 1 000 € par passager avec jusqu’à 15 clandestins à bord. Certains marins interpellés auraient été remis en liberté, hier soir avec, vraisemblablement, des convocations pour des poursuites à venir.

On poursuit avec le journal Paris Normandie. Un mot sur la Voile et le Solitaire du Figaro : le Havrais Charlie Dalin est plus que jamais en course pour une place sur le podium de la 45e édition de la Solitaire du Figaro. Malgré une grosse erreur lors de la deuxième étape, entre Plymouth (G-B) et Roscoff, qui lui a coûté une place au général, le skipper havrais de la Normandy Elite Team, réalise pour le moment des performances bien au-delà de ses espérances. Après deux étapes il occupe la cinquième place du classement de la solitaire du Figaro. Interviewé par le journal il considère que pour le moment, il a rempli ses objectifs.

 

Et on termine avec la news insolite du site ladepeche.fr. Des chercheurs de l’université de Tallinn en Estonie pensent avoir découvert la tombe de Vlad Tepes, prince de Valachie, ayant inspiré Bram Stoker pour le personnage de Dracula. La sépulture se trouverait à Naples, en Italie, et non à Bucarest. Jusqu’à cette découverte, on pensait que le comte Dracula était mort au combat et reposait dans un monastère proche de Bucarest. L’étude estonienne révèle que le prince sanguinaire le plus craint de toute la Roumanie serait bien parti à la guerre, mais n’y serait pas mort. Il aurait été fait prisonnier par les Turcs. Sa fille, alors à la cour de Naples, l’aurait fait libérer en payant une rançon. Sa tombe reposerait aux côtés de celles de sa fille et de son beau-fils. Des analyses complémentaires devront être effectuées afin de confirmer ou infirmer cette hypothèse.