Revue de Presse du 29 octobre 2014

Publié le 29 octobre 2014

Nord

Hier, les sénateurs socialistes se sont prononcés favorablement pour le maintien de la région Nord-Pas-de-Calais.
C’est ce que le Gouvernement et l’Assemblée n’approuvent pas, puisqu’ils souhaitent une fusion avec la Picardie, d’après l’annonce du journal de la Voix du Nord.

Durant leur réunion de groupe les sénateurs PS ont voté un amendement du Président de la région, Michel Delebarre.
L’amendement sera alors examiné lors du débat du projet de loi sur la délimitation des régions.

Entre temps, on vous rappelle qu’en juillet l’Assemblée avait proposé une carte de 13 régions avec notamment une fusion du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie. Mais les sénateurs, en commission, en ont proposé une autre de 15 régions. Avec une particularité : le maintient d’une grande région Nord-Pas-de-Calais/ Picardie.

Mais Martine Aubry, la maire de Lille et certains des hauts responsables socialistes du Nord se sont montrés totalement réfractaires à cette idée, la qualifiant même d’ « aberration économique et sociale ».

On poursuit avec une information de Paris-Normandie.

Le journal affirme que de plus en plus de commerces du centre ville du Havre mettent la clé sous la porte. Les commerçants tirent la sonnette d’alarme et demandent à la municipalité de réagir.

Il ne s’agit pas simplement de petits commerces de proximité mais aussi de grandes chaines comme JouéClub ou encore les cuisines Schmidt.

Le centre ville, d’après David Dufeu, gérant du Cash Occas de la rue Victor-Hugo, trouve quelques explications à cet effet de désertification.
Selon lui, les centres commerciaux nuisent au maintient des petits  commerces, puisque les parkings des grandes surfaces sont gratuits et que les locaux y sont nettement plus attractifs pour les commerçants.

Et c’est ainsi que certaines enseignes comme La Halle sont partis s’installer aux Docks Vauban.

 

Un non-lieu ordonné pour le naufrage du Joola.

Selon le journal Ouest-France, les juges d’instruction français en charge de l’affaire du naufrage du ferry sénégalais Le Joola, qui avait fait 1900 morts dont 18 Français en 2002, ont mis fin aux poursuites.

Parmi les naufragés, se trouvait des hommes originaires d’Ille-et-Vilaine, de Vendée, de Nantes et de Cholet.

D’après les juges, cette décision a été prise « en raison des dispositions internationales ». Aucune poursuite n’est envisageable en France, pour un drame survenu au large de la Gambie.

Le journal souligne que déjà en 2003, la justice sénégalaise avait conclu que la responsabilité était de celle du commandant de bord, alors disparu dans le naufrage.

En ce qui concerne les familles, elles se disent choquées. Et leur avocat a indiqué qu’elle ferait appel « afin d’éviter un naufrage judiciaire ».

 

Eloïse Weymar