La revue de presse du Mardi 28 Avril 2015

Publié le 28 avril 2015

 

ophtalmo

Les délais d’attente pour prendre rendez-vous chez un médecin spécialiste sont-ils aussi élevés à Boulogne qu’ailleurs ? La voix du Nord nous en donne une petit idée.
Pour le savoir, Ils ont joué les « patients mystères » par téléphone auprès de différents spécialistes.
Résultat :

les ophtalmos détiennent la première place : sur six cabinets contactés par les « patients mystères » de la voix du nord , quatre fixent leurs consultations à plus d’un mois.
Les dermatologues ne sont pas mieux lotis où vous pouvez prévoir je cite  » entre trois semaines et demi et plus de trois mois d’attente pour un problème bénin comme une verrue. »
Paradoxalement Les agendas des ORL et des gynécos eux sont moins saturés que les autres.

Alors Pourquoi de telles disparités entre spécialistes ?

Selon la voix du nord toujours la raison est que la ville de  Boulogne est mieux lotie en terme de médecin spécialiste.
Elle compte ainsi neuf dermatos (centre hospitalier compris), contre deux et demi à Calais, et autant d’ORL
Résultat, les habitants des villes alentours se rabattent sur Boulogne
Pour Dr Freddy Carré, ORL, cette embouteillage est du à un manque de spécialiste, je cite « on ne forme pas assez d’étudiants dans les spécialités requises. À Boulogne, le plus jeune ORL en libéral a 55 ans. »

le-merlu-ne-remplace-pas-le-bar

Les pêcheur lorientais vont pouvoir retrouver leurs bar de prédilection

Le 27 janvier, la Commission européenne avait officiellement interdit la pêche au bar, en Manche, mer Celtique, mer d’Irlande et sud de la mer du Nord, aux chalutiers de pleine haut . Selon Ouest France
Cette décision a touché huit chalutiers lorientais , interdits de traquer leur carnassier favori jusqu’au 30 avril. La raison ? Protéger le stock de bar, jugé fragile par les scientifiques.
Faute de bar, nous nous sommes reportés sur le merlu que l’on a pêché dans le sud-ouest de la pointe de Penmarc’h », explique Éric Guygniec, cogérant de l’armement Apak à Lorient. Mais un merlu vendu 2 € le kilo ne pouvait compenser un bar à 7 €.
Résultat : le manque à gagner par bateau est estimé à 160 000 € sur les quatre premiers mois de l’année. Directement traduit sur les feuilles de paie des équipages. Éric Guygniec évalue à « 1 500 € par mois » la perte de salaire par marin.

molière

Un Rouennais moliérisé hier soir

Le Rouennais Thomas Jolly, le jeune metteur en scène (33 ans) de «Henry VI», saga haletante de 18 heures nommée deux fois, s’est vu récompensé avec le Molière du metteur en scène hier soir lors de cette cérémonie qui avait lieu au théâtre des Folies Bergère à Paris.
Dans Paris-Normandie on peut lire que cette année Les différentes récompenses ont été plutôt décerné à des pièces et des talents plutôt confirmés. Seule «La Vénus à la fourrure» et ses deux Molières (meilleure pièce et meilleure comédienne) avec Marie Gillain totalise plus d’une récompense.