La revue de presse du Mardi 12 Mai 2015

Publié le 12 mai 2015

2043133

Dans la manche le dispositif Agrilocal 50 fait le bonheur de producteur et restaurateur collectif

Mis en place en avril 2014, il met en relation producteurs locaux et restaurations collectives selon Ouest France . Le but apporter aux écoles ou autres selfs services des produits frais et locaux .
À ce jour, 25 restaurations collectives du département sont adhérentes à la démarche Agrilocal50.
Conclusion :  Cinq tonnes de viandes, deux tonnes de légumes et 25 000 yaourts ont notamment été demandés. Le montant total des transactions avoisine les 40 000 €.
Du coup bien évidemment de nouvelles restaurations collectives ont exprimé le souhait d’intégrer le réseau. Et  quand une chose marche bien le client devient plus gourmand. Les adhérents ont ainsi appelé à une diversification plus importante de la gamme de produits présents sur la plateforme Agrilocal50, notamment les légumes et le poisson. Et oui quand c’est bon on en redemande et pas qu’un peu.

992315352_ac5c778a4d40072455fb663b546c17fc_727728221_B975519264Z.1_20150511213521_000_GMQ4FICBN.1-0

La jolie histoire d’élèves de seconde du lycée Jeannine-Manuel de Marcq-en-Barœul, près de Lille qui veulent en venir en aide au victime du séisme au Népal. Le But récolter un million d’euros !

Oui Ils voient grand très grand. Mais pourquoi pas voir grand quand on a 20 ans voir moins. Depuis qu’ ils ont rentrés en France le 30 avril, après avoir vécu le séisme au Népal en première ligne. Le pays en difficulté n’a pas quitté les esprits de ces vingt élèves de seconde et des trois professeurs de la section bilingue du lycée lillois.
Ils sont donc lancé une petite entreprise nommé Népal Inc selon la voix du nord. C’est une sorte de boite de production car elle aura pour but de réaliser et diffusé des documentaires filmés pendant leurs voyage dans les contrés népalaise. Elle seront ensuite mise en vente.

L’intégralité de l’argent récolté sera reversée à l’association Himalayan Voluntourism, dédiée à développer l’éducation dans des zones rurales du Népal . Leur première objectif 3000 euros avant la fin de l’année. Pour le million, Ils voient grand mais avec patience.

nantes-budapest-trottinette-pour-une-association (1)

Une caennaise d’adoption se lance dans un voyage à deux roues de 2500 km
Blandine Barthélémy, ou la trottineuse comme on l’appelle, partira de Nantes direction Budapest selon Ouest France. Le but ? Reverser tous les dons obtenus au Café Sauvage ayant pour but de favoriser échange intergénérationnel et mode de vie alternatif
Son outil de transport le footbike. Mi-vélo, mi-trottinette, dont elle est tombée amoureuse. elle en a même fait une association nommée la trottineuse c’est pour dire le lien fort qui unis la machine à sa pilote. Elle partira le 1er août en totale autonomie et par ses propres moyens.