La revue de presse du Lundi 11 Mai 2015

Publié le 11 mai 2015

 

image_content_general_18794126_20150510223644

A Fécamp la maire UMP, Marie-Agnès Poussier-Winsback veut prendre au riche pour donner au pauvre

Comment ? En instaurant une nouvelle tranche tarifaire visant à faire payer davantage les foyers les plus aisés pour ce qui concerne la garderie scolaire, ou encore les études surveillées.

Dans paris-Normandie on peut donc lire que Une famille disposant de ressources nette mensuelle de 5100 euros ou plus se verra offrir de nouveaux tarifs . Ainsi les familles dites moins aisées. Selon la mairie de Fécamp, les familles disposant de 3900 euros par mois ne verront pas augmenter leur participation communale.

Marie-Agnés de Fécamp veut également faire de même dans le milieu de la cantine scolaire en demandant au quotient 1700 (famille gagnant plus de 3900 euros par mois de payer 5 euros de cantines par enfant. Les familles ayant un quotient inférieur ou égal à 270, soit 870 € de ressources nettes mensuelles pour un couple et deux enfants, continueront de payer 1 €.

Espérons qu’aucun shérif ne veuille venir changer la donne

cartomobilite-pour-rendre-la-ville-accessible

Grâce à un outil de cartographie libre, les citoyens peuvent enrichir les données de Brest.

Finis les vieilles cartes, ou guide touristique que vous annonce une place alors que devant vous se dresse une église du 15 ème siècle. Avec cartmobilité , c’est vous qui recensez tout ce qui peut aider l’accessibilité en ville.

Carte ou smartphone en main, une zone que vous ne connaissez pas bien et vous n’avez plus qu’a regarder autour de vous tout en cartographiant. Vous pouvez même participer à une « cartopartie » histoire de ne rater aucun bateau au niveau des passages piétons qui permettent un accès facile aux fauteuils roulants, ou bandes podo-tactiles qui permettent aux aveugles et mal-voyants de se repérer.

un-decor-morlaisien-sur-une-scene-jordanienne

Et pour finir la belle histoire de finistériens qui sont allés aider un metteur en scène syrien .

Depuis huit ans, Jeanine et Jean-Yves Bizien partent en Jordanie régulièrement voir leur fille Rachel . ils y ont rencontré Nawar Boulboul, un acteur et un metteur en scène syrien réfugié en Jordanie, célèbre dans tout le monde arabe.
Cette année il a mis en scène Roméo et Juliette, en duplex entre Amman et Homs, une ville située dans l’Ouest de la Syrie. Deux troupes de comédiens jouaient en simultanée, visibles sur Skype et projetés sur un écran géant dans le fond la scène.
Sous le charme de ce projet le couple français fabrique du coté de Ammans un décors sommaire et minimaliste avec comme matière première le carton.
Résultat :800 spectateurs à Amman et quelques dizaines à Homs. C’est un réussite
Pour la petite anecdote Roméo et Juliette ne se donnent pas la mort. Roméo jette le poison par terre et scande : « Plus de mort ! Plus de sang ! Nous voulons la paix ! »