La Revue de Presse du Lundi 31 août 2015

Publié le 31 août 2015

Aujourd’hui c’est la rentrée pour 850 000 enseignants en France dont 30 000 en Bretagne. Le Télégramme s’est intéressé aux jeunes professeurs qui font leur première rentrée.

« Pourquoi ils ont choisi d’être prof ? » titre ce matin Le Télégramme qui est allé à la rencontre des stagiaires de l’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education de Bretagne. Certains reconnaissent être un peu stressés mais ils se disent pour la plupart sereins et impatients. « Moi ça ne me fait pas peur. C’est vraiment une passion » a répondu au Télégramme Aurélie, 24 ans, originaire des Côtes d’Armor. Pour Jonathan, un rennais de 24 ans, ce n’est pas aussi simple : « On est face à une montagne » a-t-il déclaré au journal avant de poursuivre : « Il y a un côté un peu effrayant mais c’est un métier où on ne risque pas de tourner en rond ». Tourner en rond, ce n’est pas non plus ce que craint Laura, 25 ans et professeure d’EPS : « On transmet des valeurs et ce n’est pas du tout routinier contrairement à ce que certains pensent » a-t-elle tenu à clarifier.

Une rentrée qui ne semble donc pas trop contrarier les jeunes professeurs mais qui laisse sceptique du côté syndicat : « Les postes sont budgétés mais ils ne sont pas pourvus à la hauteur de ce qu’il faudrait » a déclaré au Télégramme Gwénaël Le Paih, le secrétaire général du SNES-FSU Bretagne.

C’est aujourd’hui le clou du spectacle pour les grandes marées

Depuis samedi, le coefficient a dépassé 100 et aujourd’hui il sera entre 113 et 114. Dans son édition de Normandie, Ouest France nous offre ce matin un focus sur une pêche à pied responsable et nous informe que des volontaires seront présents sur les plages pour distribuer les réglettes aux pêcheurs et les sensibiliser à une meilleure pratique. Ouest France nous informe également qu’aujourd’hui et demain, l’Association Pour une Pêche à Pied Respectueuse de la Ressource, organise à Coutainville, en Basse-Normandie, une initiation de pêche à la palourde et ce, « sans utiliser les outils qui sont parfois destructeurs des ressources » précise Florian Bargat, un membre de l’association.

Le port de Calais bloqué hier soir par des marins de la Scop SeaFrance

Plusieurs milliers de passagers ont été bloqué à Calais ou à Douvres en ce weekend de retour de vacances. Une action des marins de la Scop Sea France qui est intervenue alors qu’une réunion cruciale a lieu aujourd’hui pour l’avenir des 487 salariés au secrétariat d’État aux Transports. Interrogée hier soir par La Voix du Nord, Amanda, qui revenait de Lituanie et qui devait rejoindre la Grande-Bretagne, a déclaré qu’elle ne pourrait pas prendre de ferry avant ce matin 10 heures. Une situation semblable à celle de nombreux voyageurs qui, épuisés, n’ont eu d’autres choix que de passer la nuit dans leur voiture ou dans le terminal.

Le journal nous raconte également le périple de Samir qui était sur la route du retour, et qui devait reprendre son travail ce matin à Londres : « On ne nous donne pas d’informations, je ne sais pas combien de temps je vais devoir attendre » s’est-il agacé auprès de La Voix du Nord. « Et si on veut essayer de traverser par le Tunnel, on nous a dit qu’il y avait au moins six heures d’attente…! ».

Les passagers ont donc dû prendre leur mal en patience. Les marins ont mis fin au blocage du port durant la nuit, ce qui a permi une reprise progressive du trafic maritime.