La Revue de Presse du Mercredi 19 Février

Publié le 19 février 2014

On commence cette revue de presse avec un article du journal Ouest France. Tempête Ulla  :  toujours  des  milliers  de  foyers  sont  toujours  sans  téléphone. L’opérateur Orange venait tout juste de terminer la remise en état du réseau après la tempête Dirk, du 23 décembre, quand est arrivée Ulla, vendredi dernier. Cinq jours après le passage de la tempête, des milliers de foyers, en particulier dans le Centre-Bretagne, sont toujours privés de téléphone et d’internet. La remise en état de l’ensemble du réseau demandera du temps.

On poursuit avec un article du journal La Voix du Nord. Les 511 salariés boulonnais de Continentale Nutrition devront encore attendre trois semaines pour être fixés sur leur sort et celui de leur entreprise, spécialisée en aliments pour chiens et chats. Hier, le tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer devait statuer sur l’avenir de l’entreprise. Un plan de redressement et un plan de cession ont été proposés mais ces deux plans prévoient des suppressions de postes. L’audience a été reportée au 13 mars.

On termine par le news insolite. Et aujourd’hui on va parler de cidre et de bœuf. Donc il ne s’agit pas d’une recette hein mais bien d’une nouvelle méthode utilisée en Normandie. A la recherche d’une viande toujours plus tendre, un fermier de Seine-Maritime vient de mettre son idée en pratique. Dans cette exploitation située près des bords de Seine, à Villequier, entre Rouen et Le Havre, six bœufs sont spécialement dorlotés: de la musique classique est diffusée dans leur étable pour les apaiser et s’ils le souhaitent ils peuvent se masser les flancs grâce à un balai brosse automatique. Ce traitement particulier est inspiré de celui reçu par les bœufs de Kobé,  qui ont droit de surcroît à des massages au saké ou à la bière, et dont la viande est mondialement reconnue pour sa tendreté exceptionnelle. En France c’est le cidre qui prime. L’intérêt de l’alcool est, dit-on, d’aider à répandre le gras de la viande dans le muscle, et d’en améliorer ainsi le persillé, c’est-à-dire le fondant.