La Revue de Presse du 6 février 2015

Publié le 6 février 2015

candidatsdepartemantales

Les candidats de droite aux élections départementales de Seine-Maritime, dévoilés au Havre.

Mercredi soir avait lieu la présentation des 24 candidats de l’UMP, de l’UDI et du Parti Radical aux élections départementales.

Selon Paris-Normandie, les habitants de l’agglomération ont donc pu découvrir les 12 candidats et les 12 remplaçants dans la salle François-1er, comme la dernière campagne municipale, mais pour Agnès Firmin le Bodo, seule conseillère générale UMP du Havre sortante à se représenter, cette situation est « un gâchis, un désastre et un scandale ».

Paris-Normandie tient bien à souligner les propos de certains orateurs de droite mettant en avant le fait que les missions futures du Départements ne sont pas encore totalement définies. Les candidats ont donc fustigé l’action de la majorité socialiste, actuellement en place, pour construire leurs discours.

Un nouveau Leclerc verra prochainement le jour à Kergaradec.

Selon Ouest-France, près de Brest, le fameux projet de centre Leclerc à Kergaradec devrait bientôt connaître une restructuration complète.

Malgré sa deuxième place sur le podium des meilleurs Leclerc de France en terme de chiffre d’affaire on parlerait ici de 40 à 50 millions d’euros qui seraient nécessaires à la création de ce mega projet, dont les fonds proviendraient à 100% d’investisseurs privés.

Et il faudra attendre 3 ans pour que ce Leclerc, aujourd’hui rebaptisé Leclerc Portes de Gouesnou, devienne fonctionnel.

Et on finit par l’éclatante information concernant un blockhaus du Nord de la France.

Leffrinckoucke, petite commune de la région du Nord-Pas-de-Calais, brille de mille feux depuis qu’un artiste dunkerquois y a customisé un blockhaus avec des éclats de miroirs.

L’artiste se veut anonyme mais le journal de La Voix du Nord précise tout de même quelques traits de cet homme.
Tout commence par une enfance sur les terres de Leffrinckoucke. Un peu lasse et assoiffé de découvertes, son ambition le mènera en Indonésie où il y apprendra la sculpture du bois, du bronze et même la peinture. De retour en France, à Paris, il décide de reprendre ses études avant de retourner sur sa terre natale. Un retour qu’il fera avec un projet artistique en tête porté sur la mémoire et l’histoire.

Pour l’artiste, les miroirs qui recouvrent entièrement ce blockhaus, reflètent le vis-à-vis des années 30 et de l’époque actuelle. Une idée fondée et portée par le point commun que peuvent avoir ces deux périodes de crises, qui est le fascisme.

L’artiste se serait approvisionné en miroirs trouvés à Paris ou dans des déchetteries, et fait un appel à tous ceux qui voudraient venir participer au projet, dont l’inauguration aura lieu le 9 mai, de venir déposer ses miroirs dans la cour du 426, digue de Mer à Leffrinckoucke, face au poste de secours.

Alors à bons entendeurs…

Eloïse Weymar