La revue de presse du 5 décembre 2014

Publié le 5 décembre 2014

STX

Deux nouvelles commandes pour le chantier STX de Saint-Nazaire.

Hier soir, les chantiers navals de Saint-Nazaire ont signé une lettre d’intention de commandes pour deux navires avec la Royal Caribbean Cruises Ltd.

L’armateur américain a commandé deux navires de croisière pour leur marque « premium », Celebrity Cruises. Ces derniers devraient être livrés d’ici l’automne 2018 et début 2020.

Ouest France souligne que ces navires de 300 mètres de long et 38 mètres de large, seront équipés de 1450 cabines et auront une capacité d’embarcation de 2900 passagers.

Et il faudra compter près de 11 millions d’heures de travail pour les salariés du chantier naval STX France et ses co-réalisateurs. Mais que cela n’en déplaise à STX puisque leur carnet de commande s’étend jusqu’à 2020 !

En attendant, la construction du premier navire devrait débuter l’été 2016 et le second en 2017.

 

Les contrôleurs de la SNCF en grève.

Hier, d’après Paris-Normandie, débutait la grève des contrôleurs de la SNCF avec un taux de participation prévue pour la région Normande de 62,5%.

Selon Frédéric Vautier, délégué Sud Rail Normandie, ce taux s’expliquerait par un ras-le-bol général des contrôleurs de la région de voir leurs infrastructures ferroviaires dégradées. À cela s’ajouterait l’agressivité trop récurrente, de certains passagers qui s’en prennent directement aux contrôleurs. Notamment sur la ligne Paris-Rouen-Le Havre.

La grève, lancée par Sud rail et la CGT se poursuivra jusqu’à dimanche 8h. Quant au service, il ne sera que peu perturbé.

Aujourd’hui, seulement 2 trains seront supprimés entre Rouen et le Havre sur la  ligne Paris-Rouen-Le Havre, a annoncé la SNCF.
Et pour la circulation des TER, elle sera assurée à plus de 80%.

 

La coquille Saint-Jacques se fait de plus en plus rare.
C’est en effet ce qu’affirme le Comité national des pêches.

Le prix du coquillage a nettement augmenté entre 2013 et 2014, d’après Ouest France. Même dans la région de Cherbourg à Boulogne-sur-Mer qui représente près de 60% de la production, la coquille Saint-Jacques peine à se trouver.

Quand à la même période, en 2013, son prix était de 2,50 euros, aujourd’hui il est de 4 euros. La quantité pêchée cette année n’atteint pas la moitié de celle de l’année dernière.

En cause, l’absence de naissance de coquilles en 2012. Et l’apparition d’une toxine survenue les semaines passées.

Mais à défaut d’une forte présence de coquilles Saint-Jacques cette année, beaucoup de petites coquilles ont tout de même été repérées.
Eloïse Weymar