La Revue de presse du 3 mars 2015

Publié le 3 mars 2015

bugaled

 

L’affaire du Bugaled Breizh se poursuit aujourd’hui.

L’affaire du chalutier, le Bugaled Breizh, qui avait fait naufrage dans la Manche, au sud-ouest de l’Angleterre le 15 janvier 2004, se poursuit ce mardi matin à Rennes. 

Ouest-France rappelle que les familles des cinq marins tués contestent l’ordonnance de non-lieu prononcée par la justice en mai dernier. Selon eux, le bateau a été envoyé par le fond par un sous-marin qui se serait pris dans ses filets.

À 9h s’est ouverte l’audience en appel pour contester le non-lieu de l’affaire.

Pour Christian Bergot, avocat des proches des victimes : « Ça passe ou ça casse. Si le non-lieu est confirmé, le dossier est mort. » Rapporte Le Monde ce matin. 

L’audience présidée par Jean-Louis Lesaint, n’a pas été rendue publique, mais pour soutenir les familles de victimes, SOS Bugaled Breizh a organisé une manifestation devant la Cour et desservira à l’aide d’un car les villes de Quimper, Lorient et Hennebont.


Ce matin on s’intéresse aux phoques de la côte d’Opale

Ces derniers temps, les phoques de la côtes d’Opale avaient fortement déserté le littoral de la région. Pourtant aujourd’hui un grand nombre d’entre eux rebrousse chemin.

La Voix du Nord s’applique à confirmer qu’ils seraient près de 200-250 à repeupler les eaux entre Berck et la frontière Belge. Alors qu’au début du XXème siècle ils étaient plusieurs milliers.

Certaines raisons expliqueraient ce phénomène. Dans un premier temps les phoques gris avaient pour habitude d’être chassés au début du siècle précédent, en raison de leur grand nombre. Ces veaux marins mangeaient autant de poissons que les pécheurs ne pouvaient en pêcher. Puis leur graisse était connue pour être un bon imperméabilisant sans oublier que dans les années 1960 les phoques se sont éloignés, due à une construction de digue.

Mais aujourd’hui n’ayant plus grand-chose à se mettre sous la dent dans les eaux du nord, ils préfèrent redescendre sur notre baie de Somme.


Le muséum du Havre offre de nombreuses activités.

À défaut d’avoir fermé ses portes pour préparer sa prochaine exposition prévue le 16 mai, le muséum du Havre organise tout un tas d’ateliers aussi ludiques les uns que les autres.

Durant leur période de vacances les enfants pourront donc s’abandonner à l’atelier du goût, découvrir le monde fantastique des abeilles ou ceux des animaux de la savane.

En bref, le musée offre et ce, pour 3 euros la possibilité à vos enfants d’en apprendre plus sur eux et le monde qui les entoure.

Alors pour plus de renseignements veuillez vous adresser directement au muséum du Havre au 02 35 41 37 28.

Eloïse Weymar