La Revue de Presse du 27 mars 2015

Publié le 27 mars 2015

elections dept

Le Nord et le Pas-de-Calais, au cœur des attentions.  

Dimanche soir la France saura officiellement qui des deux partis résultants des 1ères élections départementales de dimanche dernier, aura finalement pris le dessus.

Le Nord et le Pas-de-Calais inquiètent. Non seulement ils inquiètent une grande partie de la population française mais aussi le journal de La Voix du Nord.

Cependant, il n’y a pas seulement ces deux départements qui seraient les seuls à basculer à droite voir à l’extrême droite.

La Corrèze par exemple, fief du président de la République. Ici la gauche n’est pas encore tombée mais ce département vacille fortement.
En Essonne, terre de Manuel Valls, le département pourrait bien basculer à droite comme en Seine-Saint-Denis, en Isère ou encore dans le Vaucluse.

Le Vaucluse qui, comme le souligne La Voix du Nord pourrait bien malheureusement faire partie des deux départements prochainement FN.

Même quand on soutient Charlie Hebdo on peut voter FN. Selon un habitant normand, les gens se sentent abandonnés et c’est donc pour cela qu’ils votent FN.

 

Le mal-logement, une situation qui touche particulièrement la région Nord de la France.

Selon La Voix du Nord, un ménage sur quatre serait victime de précarité énergétique. Il y deux ans déjà, le mal logement touchait 19% de la population du Nord-Pas-de-Calais. Mais aujourd’hui le chiffre a bien augmenté.

Alors on parle de précarité énergétique urbaine mais le mal-logement touche aussi les zones rurales de la région.

Pour l’instant le journal indique que les chiffres ne sont pas encore tombés mais les spécialistes savent déjà que les personnes concernées n’osent pas se prononcer sur le sujet, par honte.

Et puis bien évidemment, on ne compte plus les sans abris entre la métropole Lilloise et le littoral, pour qui le logement semble bien loin derrière eux, pour certains.

 

Autre sujet, plus maritime cette fois-ci, puisqu’il concerne l’épaisseur des glaces.

Direction l’Antarctique et ses glaces. Ici les glaces ont diminué de 20%.
Alors on ne parle pas des glaciers directement mais des glaces qui forment un rempart contre leur effondrement justement.

Et c’est bien évidemment d’autant plus grave.

Ouest-France nous informe que selon une étude livrée jeudi, ce phénomène de diminution des glaces n’est pas nouveau, puisqu’il se produit depuis 2 décennies mais il s’accélère encore plus depuis 2003.

À ce rythme là, les glaciologues estiment à 200 ans le nombre d’années durant lesquelles les glaces pourraient bien perdre la moitié de leur volume.

 

Eloïse Weymar