La Revue de Presse du 27 février 2015

Publié le 27 février 2015

elus

Le nombre d’élus du Nord et du Pas-de-Calais, est en constante baisse.

On dénombrerait près de 280 démissions d’élus dans le Nord et 196 dans le Pas-de-Calais.

Plusieurs raisons expliqueraient ces démissions d’adjoints ou de conseillers qui, pour la plupart ont débuté juste après les élections municipales de mars.

La Voix du Nord précise que le poids de la charge, les désaccords dans la majorité ou encore le sentiment de ne pas être entendu dans l’opposition, expliqueraient cette vague de démissions.

Pour Patrick Masclet, président de l’association des maires du Nord, les dernières élections ont été tendues et les nouveaux maires ont fait des promesses qu’ils n’ont pas pu être tenues au vu des baisses de dotations.

À cela ajoutez une incertitude constante qui plane dans la gestion des communes, d’après Jean-François Rapin, son homologue pour le Pas-de-calais.

Et le vote ne s’est plus fait en faveur d’une personne mais pour des listes, ce qui change la donne !

L’abattoir AIM serait-il sur la bonne voie ?

Ouest-France évoquerait une offre de reprise de l’abattoir de Saint-Cécile, situé dans la Manche, d’ici quelques jours.

Une offre qui pourraient bien calmer les ardeurs qui planent sur ce site de Normandie. Cependant pas de précipitation, le journal parle uniquement de « piste sérieuse » et d’engagements de la part de l’Etat et de l’actionnaire.

On parle ici de 500 postes sur 600 qui seraient menacés si l’entreprise, détenue par la coopérative des éleveurs de porc Cap50, ne retrouvait pas de repreneur au plus vite.

La coopérative Cap50, qui, rappelons le, cumule les fonctions d’actionnaire et de fournisseurs des abattoir AIM, vient d’ailleurs de s’engager au niveau de ses prix de vente.

Plus exotique et dangereuse, focus sur les attaques de requins à la Reunion.

Comme vous le savez, les attaques de requins à la Réunion font souvent parler d’elles. Et bien cette fois-ci plus que jamais.
Ouest-France s’est intéressé à ces lions de mer qui, chaque année agressent plusieurs personnes sur les plages.

Pour mieux comprendre cette agressivité qui touche particulièrement les côtes réunionnaises, la première étude sur le sujet vient de livrer ses chiffres. Elle s’appelle Charc, qui signifie Connaissance de l’écologie et de l’Habitat de deux espèces de Requins Côtiers, et a été menée entre janvier 2012 et mai 2014.

En conclusion, le grand requin blanc, le requin tigre et le requin bouledogue sont les trois espèces les plus impliquées dans les attaques de baigneurs et de surfeurs.

Et selon que se soit telle ou telle période de l’année et de la journée ou l’état de ressource alimentaire disponible au loin, les requins se rapprochent des côtes. Sans compter les lieux favoris et propices à l’accouplement qui sont particulièrement à éviter.

Eloïse weymar