La Revue de Presse du 19 mars 2015

Publié le 19 mars 2015

Valls

 

Manuel Valls était hier dans la région du Nord-Pas-de-Calais.

C’est en effet ce qu’annonce ce matin la Voix du Nord.

Le premier ministre a été accueilli par Martine Aubry le matin à Lille puis s’est rendu le soir à Carvin dans ce que l’on appelle le bassin minier mais aussi la tête de pont du Front national.

La question que le journal se pose c’est pourquoi en fin de journée Martine Aubry a tenu une réunion publique à Denain pendant que Manuel Valls se trouvait à Carvin ?

Et bien la réponse semble simple, il valait mieux se séparer le temps de quelques instants pour balayer le plus de militants.

Pour faire court, Manuel Valls a évoqué la France FN de Marine Le Pen si celle-ci venait à remporter les élections. Entre sortie de l’euro et donc dévaluation de la monnaie et agriculteurs impactés sans la PAC, le FN pourrait faire de grands dégâts. Sans compter bien évidemment le programme non républicain sur l’avortement et la peine de mort.

En bref, Monsieur Valls demande à tous les socialistes d’être fier d’être socialiste.

 

L’affaire de My Ferry Link se poursuit.

Rappelez-vous, la compagnie maritime My Ferry Link chargée de faire des traversées trans-manches, cherche depuis quelques temps un repreneur.

Et bien le journal de La Voix du Nord révèle que Jacques Gounon, le PDG d’Eurotunnel, la société qui détient les bateaux de la compagnie My Ferry Link, aurait peut-être trouvé un repreneur. Et ce ne sont pas 1 mais 4 repreneurs qui seraient en lice.

Mais prudence, puisque le processus pourrait bien être stoppé si la décision de l’autorité de la concurrence britannique était cassée par la cours d’appel de Londres.

Cependant si celle-ci réussissait à trouver un repreneur, le PDG d’Eurotunnel estime déjà ce business à une valeur de 120 millions d’euros.

 

En parlant de reprise, il n’y a pas que celle de My Ferry Link qui est sur le point de l’être.

En effet, puisque l’abattoir AIM est lui aussi à la recherche d’un repreneur depuis quelque temps.

Et bien bonne nouvelle, Ouest-France nous informe que Serge Renaudin a été recruté pour 3 semaines.

Pour l’instant sa mission reste une mission strictement conseillère. Analyse de la situation financière, économique et commerciale du groupe sont les 3 points qui devront être pris en charge à la vue d’une prise éventuelle.

En attendant ce sera au tribunal de commerce de Coutances de décider jeudi si oui ou non il y aura liquidation judiciaire avec ou sans continuation d’activité. Auquel cas se serait une société coopérative ouvrière où Serge Renaudin pourrait bien prendre les rênes.

 

Eloïse Weymar