La Revue de Presse du 18 mars 2015

Publié le 18 mars 2015

conseils généraux

À quoi peuvent bien servirent les conseils généraux du Nord et du Pas-de-Calais ?

C’est la question qui se pose à quelques jours des scrutins des dimanches 22 et 29 mars. Explications avec les exemples des conseils du Nord et du Pas-de-Calais.

Dans un premier temps, selon La Voix du Nord, les collèges publics sont construits et rénovés par les départements. Il y en aurait près de 327 dans le Nord-Pas-de-Calais.

Dans un deuxième temps, on y trouve les allocations. Les allocations qui représentent tout de même la moitié du budget des départements, partagé entre le RSA (revenu de solidarité active, ex-RMI), l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) et la PCH (prestation de compensation du handicap).
Dans le Pas-de-Calais par exemple, pour 100 euros dépensés, 52,84 euros sont consacrés aux allocations tandis que pour la même somme dans le Nord, 58,89 euros y sont consacrés.

Mais on y trouve aussi les routes. Les routes comme dans le Nord, où le département a construit un contournement de Pont-À-Marcq, pour un coût de près de 20,7 millions d’euros.

Et pour finir, on y trouve les initiatives. Des initiatives propres aux régions comme par exemple la construction du canal Seine-Nord dont le coût s’élève à 330 millions d’euros pour le Nord-Pas-de-Calais.

En bref, les conseils généraux aussi appelés « conseils départementaux », sont loin d’être inutiles.

 

Les migrants de Calais seront bientôt accueillis au Centre Jules Ferry.

C’est en effet ce qu’annonce la Voix du Nord.

Environ 45 femmes et enfants seront bientôt pris en charge par le centre d’accueil pour migrants de la ville de Calais puisque mercredi prochain les migrants seront transférés au Centre Jules Ferry. Une opération qui ne se fera pas toute seule mais grâce à l’aide de l’association Solid’R.

Une plate-forme accueillera les femmes seules et une seconde les femmes avec enfants.  En ce qui concerne les hommes, leur centre de jour ouvrira ses portes le 11 avril.

En attendant ce sont tout de même 400 à 450 repas qui sont distribués chaque jour par des bénévoles.

 

On finit avec une bonne nouvelle, puisque l’ENSM recrute.

Le journal Mer et Marine nous informe en effet que l’Ecole Nationale Supérieure Maritime recherche 4 enseignants « Energie-Propulsion ». 3 pour son école de Marseille et 1 pour celle de Saint-Malo.

Les enseignants seront en contrat CDD de trois ans renouvelable une fois, puis en CDI.

Les profils recherchés doivent être des officiers de marine marchande ou nationale, naviguant ou reconvertis à terre. Dotés d’une expérience de la conduite et de la maintenance de la propulsion, des auxiliaires et des installations techniques d’un navire.

Donc pour vous inscrire envoyez votre CV et votre lettre de motivation à recrutement@supmaritime.fr

La date limite de réception des candidatures ne dépasse pas le 15 mai.

Eloïse Weymar