La Revue de Presse du 18 décembre 2014

Publié le 18 décembre 2014

13 régions

Le Parlement a finalement opté pour une France à 13 régions.

C’est en effet ce qu’il s’est passé mercredi, d’après La Voix du Nord.
Malgré la colère du parti UMP alsacien contre leur fusion avec la région de Champagne-Ardenne et Lorraine, le Parlement aura tout de même voté en faveur d’une France à 13 régions.

Cette réforme est une idée de Monsieur Hollande qui, par volonté de pouvoir économique en Europe, a voulu redessiner la France afin que les régions obtiennent une taille assez importante pour devenir des moteurs du développement économique.

Cette réforme entrera en vigueur début 2016. On y retrouvera donc l’Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne. Le Nord-Pas-de-Calais avec la Picardie, et Midi-Pyrénées avec Languedoc-Roussillon. Pour ne parler que de celles qui ont été contestées.

Selon André Vallini, le secrétaire d’Etat à la décentralisation, il espère de cette réforme 5 à 10% d’économie en dix ans.

 

Manuel Valls soutient la Bretagne !

En visite aujourd’hui à Brest et demain à Rennes, d’après Ouest-France, Manuel Valls promet une mobilisation de l’Etat pour l’avenir de la Bretagne. Et aussi pour l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Le premier Ministre voit en cette Région quelques priorités majeures.

Tout d’abord, les transports représentent un énorme enjeu. Améliorer l’accessibilité et le développement du centre Bretagne grâce à l’arrivée de la LGV en 2017, est extrêmement important.

Ensuite en deuxième priorité se trouve l’enseignement supérieur et la recherche. Avec le déploiement du pôle d’excellence en cybersécurité, l’agriculture et l’agronomie, la biologie et l’environnement et surtout les sciences et technologies de la mer.

Et enfin on notera que parmi les autres priorités de Manuel Valls se trouvent la transition écologique avec les énergies marines renouvelables et le soutien des territoires ruraux.

 

Et on fini avec des quotas de pêches qui seront arrêtés en 2015.

En début de semaine se tenait le Conseil des ministres européens de la pêche à Bruxelles. Et d’après le journal Mer et Marine, les totaux admissibles de captures (TAC) des différentes espèces pêchées par les professionnels européens, ont été arrêtés.

Le journal souligne que le seul le bar a été épargné de tout accord. Par contre l’espèce qui aura fait le plus débat est la sole de Manche-Est, pour laquelle la Commission avait proposé une baisse de 60%. Mais finalement elle ne sera que de 28%.

Pour les autres poissons, comme le cabillaud de la mer du Nord et de la Manche-Est, il aura bénéficié d’une augmentation de 5%. Ce qui n’est pas le cas pour la Mer Celtique où la baisse du TAC sera de 26%.

Eloïse Weymar