La revue de presse du 15 janvier 2015

Publié le 15 janvier 2015

tempete hermann

La tempête Hermann touche fortement le Finistère et le Morbihan.

Dans la nuit d’hier à aujourd’hui, la forte tempête Hermann a perturbée le Finistère et le Morbihan, plaçant les 2 départements, en vigilance orange.

D’après Ouest-France, ces rafales de vents allant jusqu’à 120km/h, viendraient du Sud-Ouest. Elles ne s’arrêteront qu’aujourd’hui en milieu de matinée.

Pendant que le Finistère et le Morbihan sont touchés par des vents houleux, la Normandie, quant à elle n’a pas été épargnée par des averses de grêles, hier jusqu’en début de soirée.

Et pour aujourd’hui c’est la Lys qui sera concernée jusqu’à ce matin, et placée en vigilance orange avec des risques de débordements.


On poursuit avec une information qui concerne la Réunification de la Normandie.

Au 1er janvier 2016, une nouvelle carte des régions de France sera mise en place, avec 13 régions contre 22.

La question qui fait d’ores et déjà débat, c’est bien la question de la capitale de la Normandie, d’après le journal Paris-Normandie. Mais en attendant l’Institut national de la statistique et des études économiques, aussi appelé Insee, nous informe que la Normandie comporterait 3 322 habitants.

La Normandie est donc placée 9ème au rang des régions de France. Et pour cause, sa croissance annuelle est deux fois moins importante que celle nationale.

Les décès surplombent les naissances et le solde migratoire y est très légèrement négatif, selon l’Insee.


La Russie demande des explications à la France, concernant la livraison de ses navires. 

C’est en effet ce qu’annonce Ouest-France, puisque la Russie demande officiellement des explications à la France.

Rappelez vous, la Russie avait commandé à la France plusieurs navires de guerre Mistral, construits à Saint-Nazaire. Mais la France a finalement opté pour un refus de livraison.

Par conséquent, le Service fédéral russe de coopération militaire a adressé une demande à la Direction générale de l’armement pour obtenir une réponse officielle à ce refus.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian a donc affirmé le 1er janvier que Paris attendait « un cessez-le-feu respecté » et  « une feuille de route politique » en Ukraine, pour livrer les navires.

Des navires, qui, on le précise, auraient déjà dû être livrés à la mi-novembre.

Eloïse Weymar