La revue de presse du 14 janvier 2015

Publié le 14 janvier 2015

boites noires

Des questions de sécurité se posent dans le monde de l’aviation.

Après cette vague d’avions disparus, beaucoup de questions de sécurité persistent.

15 jours auront fallu aux équipes de recherche pour détecter les deux boites noires de l’A320 d’AirAsia en mer de Java. Et selon Ouest-France les boites noires doivent se moderniser.

Depuis 2009 les autorités souhaitent trouver un système d’enregistrement en vol immédiat des données mais ce système représente un coût assez conséquent.

En attendant, une autre solution compte bien être mise en place très prochainement. On nous parle de rendre éjectables et flottantes, les boites noires des Airbus A350 et A380 pour ainsi géolocaliser les avions.
L’opération se ferait sur des engins de dernière génération puisque ce sont eux qui sont utilisés pour les longs courriers transatlantiques.


C’est l’affaire qui ne cesse de faire parler d’elle.

Les prévenus et le procureur de la République de l’affaire Xynthia ont décidé de faire appel, selon Ouest-France.

On vous rappelle que la tempête Xynthia avait fait 29 morts en Vendée les 27 et 28 février 2010.
Dès le jugement, René Marratier, l’ancien maire de La Faute-sur-Mer qui était  condamné à 4 années de prison ferme, annonçait son intention de faire appel. Mais René Marratier n’est pas le seul. Le procureur de la République, Gilbert Lafaye compte bien en faire autant même si les condamnations sont déjà bien allées au-dessus de ses réquisitions. Mais la raison de cet appel se trouve dans la volonté de donner le dernier mot à la cour, en cas de retrait des prévenus.

L’affaire risque donc de durer encore quelques temps…


Tout autre sujet cette fois-ci puisque l’on part en Normandie.

Les producteurs de lait normands viennent de lancer une action groupée en justice contre Lactalis, nous informe le journal Paris-Normandie.

Les producteurs craignent une chute de leur revenu en même temps qu’aura lieu la fin des quotas européens, programmée pour le 31 mars. Selon eux, le géant Lactalis qui détient notamment Lactel, Président et Roquefort Société, leur a fait perdre 8000 euros par ferme en 2014.

Le problème de fond, depuis la mise en place des contrats, reste l’opacité du prix du lait sur le marché. Ce dernier ayant augmenté pendant que le prix payé par la société Lactalis aux producteurs, aurait stagné.
La Fédération Nationale des Producteurs de Lait (FNPL) ira donc devant les tribunaux pour se faire entendre et cette action s’appliquera à d’autres sociétés de collecte comme Bongrain.

Le prix du lait doit se rapprocher de celui de leurs collègues européens et une politique laitière doit s’appliquer en France au même titre que les Etats-Unis ou d’autres pays.

Eloïse Weymar