La revue de presse du 11 décembre 2014

Publié le 11 décembre 2014

marée noire

 

Le pétrolier Erika provoquait la catastrophe il y a déjà 15 ans.

C’est en effet ce que nous rappelle Ouest France.

Rappelez vous, le 11 décembre 1999, ce vieux pétrolier était chargé de 31 000 tonnes de fioul. Mais dans la nuit du 11 au 12 décembre sa coque s’est de plus en plus détériorée laissant passer le fioul qu’il transportait.

Le navire se dirigeait vers les côtes italiennes. Mais la catastrophe est survenue à 300 km de Brest et 400 km de Saint-Nazaire sur la côte Atlantique.

En cause, des creux de 6 mètres et des vents de 45 nœuds mais surtout une incapacité de la part du bateau à assurer des transports de ce genre. C’est ce qu’en tout cas, le procès de la marée noire révèlera.

Une quinzaine de jours plus tard le fioul atteindra le littoral sur 400 km et n’épargnera pas la faune locale. Sans compter le nombre de tonne de déchets.

Total sera donc lourdement condamné.

 

L’entreprise Heatself travaillera pour l’agence spatiale européenne.

La start-up seinomarine, Heatself qui appartient au réseau Normandie AeroEspace, entre dans le programme de l’Agence spatiale européenne.

Selon Paris-Normandie cette start-up normande entre dans le projet Neosat. L’objectif ultime est le développement d’une nouvelle plate-forme destinée aux satellites de télécommunication.

Ce projet, nous dit-on sera mené en coopération avec le Centre national d’études spatiales (Cnes). L’objectif est de permettre aux fabricants Thales Alenia Space et Airbus Defence and Space de capter, au minimum, la moitié du marché des satellites sur la période 2018-2030.

À noter que Normandie AeroEspace est une des seules filières à recruter actuellement en Normandie.

 

On vous dit tout sur la « garantie jeunes » contre l’exclusion.

En 2014, dix départements ont adhéré au dispositif « garantie jeunes » inscrit dans le plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté.

La Voix du Nord souligne que dix autres départements suivront ce dispositif en 2015, dont le Pas-de-Calais.

Les personnes concernées sont des jeunes âgés de 18 et 25 ans, très désocialisés, peu ou pas diplômés, sans emploi et sans ressource.

Michel Dagbert, président du conseil général du Pas-de-Calais souligne que 2 200 jeunes seraient concernés dans la région. Avec 35% de chômage cette année, le Pas-de-Calais réserve une enveloppe de 100 000 euros pour 2015.

L’objectif est vu comme étant un moyen pour les jeunes de les insérer dans la vie active. Des stages, des apprentissages ou des premiers boulots seront donc proposés. Ainsi qu’une somme de 509,30 euros leur sera accordée.

Et ce dispositif dure 12 mois, renouvelable une fois.

 

Eloïse Weymar