Un jour, Une histoire du 09 Mars

Publié le 9 mars 2015

Alexandre Olivier Glais de Bizoin, dit également « Glais-Bizoin », né le 9 mars 1800 à Quintin. C’était un homme politique français.

 

Il est issu d’une riche famille des Côtes-du-Nord, Alexandre Glais de Bizoin a fait  des études de droit mais, une fois reçu avocat, il  néglige le barreau pour la politique. C’était un Homme de gauche qui a lutté avec les libéraux contre les Bourbons de la branche aînée.

Après la révolution de 1830, il est nommé membre du conseil général des Côtes-du-Nord et se fait élire député dans le 6e collège de ce département. Il est aussi passé  à l’extrême-gauche où il a été constamment réélu pendant toute la durée du règne de Louis-Philippe :

Selon le Dictionnaire des parlementaires français, c’était un  « Adversaire déterminé de la politique gouvernementale, il se signala moins par ses discours que par ses interruptions ». Il est également connu pour avoir harcelé  le pouvoir de ses interpellations et de ses critiques et s’est employé à réclamer la diminution de l’impôt du sel et de la taxe sur les lettres, et la suppression du timbre des journaux. Il était aussi hostile à la translation des cendres de Napoléon Ier. Selon lui : « Les idées bonapartistes, sont une des plaies vives de notre temps ; elles représentent ce qu’il y a de plus funeste pour l’émancipation des peuples, de plus contraire à l’indépendance de l’esprit humain. »

En 1868, il  a participé à la fondation du journal la Tribune et en 1870 il engagea Émile Zola comme secrétaire.

Et suite à des mesures qu’il avait pris impliquant La Poste,  on retrouve aujourd’hui des timbres à son effigie.